MONGOLIE | Comment rencontrer les Tsaatans ? Conseils & infos pratiques pour une expérience responsable.

Partir à la rencontre des derniers éleveurs de rennes
du pays… De façon responsable

Au travers de notre carnet de voyage « À la rencontre des Tsaatans, les derniers nomades éleveurs de rennes » nous te racontons au jour le jour notre immersion auprès de ces tribus étonnantes, derniers éleveurs de rennes de la Mongolie. Cet article est un article pratique qui lui fait suite. Il est destiné à te donner les informations nécessaires à l’organisation de cette aventure mais aussi les clés pour le faire d’une manière responsable. Ces familles nomades vivent encore grâce à un équilibre fragile. Dans une certaine mesure, le tourisme peut leur être bénéfique. Mais la limite à ne pas franchir est mince et facile à dépasser. Veiller à ce que notre présence ne leur soit pas nuisible est de notre devoir et responsabilité.

Ce que tu trouvera dans cet article construit sous forme de questions / réponses :
Notre organisation pour cette expédition.
→ Nos conseils pour une expérience de plusieurs jours en autonomie dans la nature sans eau ni électricité.
→ Infos pratiques (accès, temps à prévoir, budget et coordonnées d’une guide indépendante afin que cette expérience se déroule dans le respect des hôtes et la durabilité).


traite des renes
photo avec des enfants tsaatans
famille tsaatan

En pratique : les questions / réponses

Suis-je obligé.e de prendre un guide ?

Oui ! A moins de mener l’enquête sur place et d’avoir devant toi de longues semaines pour errer dans la taïga, tu ne pourras trouver les Tsaatans par toi-même : ni routes ni sentiers ne mènent dans leur lieu de vie. Et d’ailleurs, étant une tribu nomade ils n’ont par définition pas de lieu de vie fixe. Seule une poignée de personne connaît les habitudes de ces tribus. Elles seules peuvent deviner où se trouve approximativement leur campement en fonction de la saison et seront capables de t’y conduire. Ton guide te servira également d’interprète avec les familles et c’est avec lui que tu organiseras l’expédition : le nombre de jours, les étapes, le prêt de chevaux, la nourriture…

Un guide est (sensé être) une personne de confiance pour ces familles. Avec lui, tu t’assures que ta présence ne gêne pas ces nomades.

Suis-je obligé.e de prendre un chauffeur ?

Un guide ne va pas sans son chauffeur, c’est le duo de choc. C’est comme tic et tac, Tintin et Milou, Bonnie and Clyde, Batman et Robin, Starsky et Hutch, Han Solo et Chewbacca… On s’arrête là. Conduire dans la taïga relève de véritables compétences et surtout d’un bon véhicule ! En général chaque guide travaille avec un, deux ou trois chauffeurs. Ce sont eux qu’ils engageront selon leur disponibilité, tu ne t’occuperas de rien.

2 guides en Mongolie

Comment trouver un guide ?

Sur place | Les Tsaatans vivent dans le nord de la Mongolie, près de la frontière avec la Sibérie. À notre connaissance le meilleur moyen de trouver un guide est de te rendre sur place : par « sur place » nous entendons au plus près de cette région, soit la ville de Mörön. Là-bas tu trouveras quelques « ger camp » qui seront quasiment tous aptes à te proposer une expédition pour rendre visite aux Tsaatans. Pour notre part nous sommes partis avec Zaya, jeune une guide indépendante (on remercie encore chaudement Marie et Clément @lemon pepper pour ce super contact !). Au delà de son professionnalisme, Zaya est une jeune femme passionnée qui exerce sa profession dans le respect de son pays et des tribus qui le peuplent. Avec son autorisation, nous te donnons sa page Facebook : Ninj Travel et son contact WhatsApp : +976 88145000.

Depuis Oulan Bator | Il est également possible d’organiser cette expédition via de nombreuses agences de la capitale, celles-ci prendront en charge le déplacement depuis Oulan Bator et te proposeront (selon les agences) les mêmes services qu’un guide indépendant à savoir : guide, chauffeur, cheval, équipements… A une exception près, tu risques d’être dans un groupe pouvant aller jusqu’à 10 personnes.

Lorsque nous avons vécu cette aventure les expéditions pour rencontrer les Tsaatans étaient moins populaires qu’aujourd’hui. Nous apprenons régulièrement que certaines familles commencent à être sur-sollicitées, qu’il n’est pas rare de croiser des groupes d’une dizaine de personnes et que la répartition des bénéfices ne se fait pas forcément de manière très équitable. Fais attention au prestataire que tu choisis : les grosses agences fleurissent en Mongolie et organisent souvent ces voyages sans se soucier de l’avis des nomades ou de l’équité de leur rémunération.

Petite famille tsaatan

À quelle période puis-je rendre visite aux Tsaatans ?

La Mongolie est une terre sauvage dont les conditions de vie peuvent être très difficiles en hiver. Les guides n’assurent aucune expédition en plein milieu de cette saison, la neige empêchant tout cheval ou véhicule de progresser, même les Uaz. La période pour rendre visite aux Tsaatans s’étend donc de mars à mi-novembre. Pour notre part nous étions partis au début du mois d’octobre mais l’hiver était exceptionnellement précoce cette année-là : les premières neiges étaient tombées, nous avions eu environ 8° la journée et -15° la nuit, notre expédition était la dernière de la saison.

Budget : combien ça coûte ?

Les prix seront à peu près partout les mêmes et avoisineront les 50€ par jour et par personne*. Ce prix est tout inclus : transport, hébergement, chevaux, la majorité des repas. Tu peux essayer de négocier si tu souhaites partir pour une plus longue durée, mais garde en tête que l’argent que tu donneras n’est pas seulement pour ton guide… Ce dernier le redistribuera aux familles nomades qui t’accueilleront pour les 1ère et dernière nuits, au chauffeur, au horse-guide (celui qui fournira les chevaux et s’en occupera tout au long du voyage) et surtout aux familles Tsaatans que tu rencontreras et qui partageront avec toi leurs ressources. Ce prix couvrira également le carburant et certains repas.

*Octobre 2019.

Ces tribus perpétuent des traditions ancestrales dans des conditions de vie de plus en plus difficiles. Beaucoup de familles Tsaatans ont été contraintes d’abandonner ce mode de vie pour rejoindre les villes les plus proches et trouver un autre métier, c’est pour cela qu’elles ont aujourd’hui quasiment toutes disparues et qu’il n’en reste plus qu’une quarantaine sur toute notre planète. Le fait que tu leur rendes visite peut permettre de leur apporter un revenu complémentaire. Les quelques euros que tu seras tenté.e de négocier seront une chance en moins pour elles de perpétuer ce que tu es venu.e observer… On te dit ça car en tant que voyageurs au long terme la négociation fait partie du quotidien. Nous avons été tentés de le faire également pour cette expédition là, mais finalement lors de notre retour nous nous sommes presque sentis coupables de ne pas avoir donné plus tant il nous semblait que Zaya et ces tribus Tsaatans avaient plus besoin de cet argent que nous. Même s’il est important de garder en tête que ce que nous donnons en retour à ces personnes qui nous accueillent ne doit pas se limiter à l’aspect financier.

petite tsaatan sur un renne

Timing : combien de jours faut-il prévoir ?

Une telle expédition nécessitera au moins 4 jours une fois sur place.
> Une journée de trajet aller en Uaz depuis la ville de Mörön + une journée de trajet retour.
> Ajoute à cela deux journées obligatoires de cheval, même logique : une pour l’aller, une pour le retour.
Cette formule te fait passer une nuit avec les Tsaatans.
Si tu pars depuis la capitale, tu peux prévoir une semaine.

Nourriture : est-ce que tous les repas sont inclus ? Dois-je emmener des provisions ?

Tout dépendra de ton guide : tu devras fixer les détails de ce point avec lui. La majorité des repas certainement sera prise en charge mais garde à l’esprit que les Tsaatans ne prennent qu’un seul vrai repas par jour et ont des provisions très limitées : un peu d’aide sera la bienvenue pour nourrir ces bouches supplémentaires ! Si adoptes leur mode de vie, tu auras du pain le matin, le midi et sûrement un peu de viande bouillie le soir. Tu pourras par exemple emmener du riz pour compléter tes repas ou des produits auxquels les Tsaatans n’ont pas accès et que tu souhaites leur faire découvrir : nous avions emporté du riz mais aussi du saucisson, de la pâte à tartiner pour étaler sur le pain le matin, et sur place nous leur avions fait la surprise de faire une confiture de myrtilles. Prévois également quelques snacks pour les longues journées de route ou de cheval, ou pour les repas qui n’auront pas été assez copieux si tu as beaucoup d’appétit.

Repas chez les tsaatans

Comment venir depuis Oulan Bator ?

Rdv à la gare routière (Dragon Station), puis prends un ticket pour Mörön (ou Murun) qui coûtera environ 32 000 tugriks soit 11€50.

Lac khovsgol en Mongolie

éQUIPEMENT

Qu’est-ce que j’emmène pour plusieurs jours en autonomie dans la nature ?

Le point nourriture est déjà ok. Pour le reste, les rivières seront tes douches, la nature ta salle de bain, les couettes fournies par les familles nomades seront à la fois tes draps, coussins et matelas. Bien-sûr si tu le souhaites tu pourras emmener ton propre matériel en supplément. Dans tous les cas, un cheval supplémentaire (ou deux, selon le nombre de personnes composant l’expédition) t’accompagnera pour porter le matériel (essaie quand même d’aller à l’essentiel). Pour notre part nous ne savions pas exactement ce que nous trouverions chez les Tsaatans et étions déjà bien équipés niveau bivouac, voici donc ce que nous avions emporté :

• un duvet chacun (en plus des couettes fournies par les familles à cause des températures plutôt extrêmes à cette saison-là)
• 2 petits oreillers gonflables
• 2 matelas de bivouac gonflables
• 2 lampes frontales
• des lingettes intimes et pour le corps biodégradables pour assurer les basiques de l’hygiène
• trousse de toilette : produits élémentaires tels que brosses à dents, dentifrice, pierre d’alun, savon solide
• 1 serviette microfibres
• des chaussures de randonnées
• des vêtements chauds (doudounes, polaires, mais aussi gants, bonnets et grosses chaussettes, des manteaux traditionnels ainsi que des bottes nous ont en plus été prêtés par la famille nomade)

• 2 tasses en inox ainsi que des couverts
• 1 petite lampe d’appoint Quechua (que Zaya a trouvé totalement révolutionnaire)
• 1 gourde filtrante LifeStraw qui nous permet de boire n’importe quelle eau de rivière ou la neige fondue en toute sérénité (même si ici rassure-toi, l’eau des rivières est translucide et rien ne peut venir la polluer)
Pour le côté électronique / photo / vidéo : protége bien tes appareils, les secousses sont nombreuses dans le van ou sur les chevaux ! Aussi, tu n’auras absolument aucune source d’électricité donc pense à prendre une batterie externe si tu veux pouvoir recharger tes appareils. Quand à ton téléphone… à part pour des photos, ils ne te sera pas utile : par ici, aucun réseau !

nous avec des tenues traditionnelles

Et voilà.
Tu es prêt.e à partir.

Cet article t’a été utile ? Donne-nous ton avis ou pose-nous tes questions en commentaires, nous répondons toujours.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here