ESPAGNE | Au creux des canyons paradisiaques de la Sierra de Guara

Aventure dans l'Espagne confidentielle et sauvage.

Roches aux tons crème & or, eaux translucides… Légende ou réalité ?

Il est 6h. Le réveil sonne et on émerge doucement : l’objectif, trouver la motivation de quitter le lit moelleux de notre hôtel dans le nord-est de l’Espagne. Ça tombe bien, le soleil est déjà là, il perce à travers les rideaux. Et la motivation, on l’a aussi : aujourd’hui on part en canyon au cœur du Parc Naturel de la Sierra de Guara. On est excités à l’idée de partir explorer ces célèbres canyons, connus pour être paradisiaques. En tête, ces photos idylliques de roches aux tons crème & or et d’eaux translucides, qui oscillent entre l’émeraude et le turquoise… Légende ou réalité ? On va voir ça de plus près!


LA SIERRA DE GUARA : CANYONS ARIDES ET ITINÉRAIRES A GRAND SPECTACLE

Une carte, un point GPS et des « C’est 3km après une belle cascade, dans un virage en épingle, vous aurez une petite place sous un arbre ! ». Nous avons rendez-vous avec notre guide exactement nulle part à 8h précises. Ça tombe bien on aime bien les jeux, et là nous avons l’impression de partir pour une chasse au trésor dans un décor à la Indiana Jones ! Les routes étroites se faufilent dans l’immensité aride du fond de l’Espagne, les roches crème et ocre fascinent. Émergeant çà et là elles nivellent le sol de façon anarchique. Dans cette composition singulière, les petits villages perchés se succèdent, audacieux, presque ancrés dans la pierre.

C’est toujours étonnant de trouver dans ce milieu quasi désertique des rios. Pourtant ils sont là, l’eau est translucide et leur couleur éclatante. Pas de doute, nous sommes sur la bonne route.

Pour notre part nous étions déjà en Espagne et avons choisi de retrouver notre guide directement au départ de l’excursion, mais vous pouvez tout-à-fait choisir de faire la route avec lui depuis la France : ce trajet est presque toujours pris en charge dans votre sortie canyon. Dans ce cas-là le rdv se fait un peu plus tôt, vous embarquez dans le van de votre guide, et en avant pour traverser la frontière.

Village perché sierra de guara
Vue drone de la Sierra de Guara

CHECK, JEEP ET MARCHE à travers le romarin : AVANT L’EAU, LA RANDO !

Les petits paradis d’air pur et d’eau fraîche se méritent. Pour nous aujourd’hui, ce sera un tour en jeep et une courte randonnée avant de descendre dans les gorges. L’eau ne sera donc pas pour de suite, mais ça fait partie de l’aventure ! Il y a des canyons facilement accessibles et d’autres moins, nous pouvons le choisir.

Nous voilà donc sous notre arbre, point de rendez-vous. Et pour le coup, on attend Patrick (promis, c’est le vrai nom de notre guide ce n’est pas pour la blague). Ce dernier ne tarde pas à nous rejoindre et après une petite discussion et le briefing, c’est parti pour une excursion en jeep d’une vingtaine de minutes dans la brousse aragonaise !

L’engin est assez… atypique, puisqu’il s’agit d’un énorme 4×4 des années d’après-guerre, 7 places. C’est son bébé, et même s’il est colossal, attention à la portière ! Oui, si on claque trop fort et bien on l’abîme. Alors faites attention, OK ? Bon. Nous sommes donc partis et nous ne pouvons pas vraiment dire que nous prenons des chemins. Nous filons une poignée de minutes sur une piste forestière, puis évoluons hors des sentiers battus. L’engin progresse à travers buissons et bosquets. De cratères en bosses, nous traversons des passages abruptes jadis creusés par les eaux et maintenant asséchés… Rien ne résiste à la bête. Nous on essaie juste de se tenir tant qu’on peut et notre guide sifflote. En fait, après coup, on trouve beaucoup plus parlant de dire qu’on a « escaladé » en voiture que roulé.

Mais nous voilà stoppés par la nature. Cette fois-ci il faudra continuer à pieds ! Sac étanches sur le dos, casques sur la tête, corde sous le coude, on part. Il n’est pas loin de 8h mais la chaleur du soleil est déjà bien présente. On évolue sur le sol calcaire où les bouquets de romarin ont trouvé résidence. Ici ils poussent un peu partout et la chaleur fait subtilement ressortir leur odeur. On arrive à trouver encore un peu de fraîcheur à l’ombre des arbres, les rayons n’ont de cesse de jouer avec les branches et Patrick joue avec nous, il s’amuse à nous laisser trouver le chemin. Autant dire qu’on a mis un peu plus de temps que prévu, mais qu’est-ce que c’est beau, le soleil qui se lève sur l’Espagne.

Marche vers le canyon
En direction du canyon
Soleil sur le canyon de la sierra de guara

 EAU FRAÎCHE À VOLONTÉ

Nous sommes parvenus jusqu’aux gorges et descendus jusqu’à trouver l’eau claire. Casque sur la tête même en marchant car certains passages se font en rappel, sécurité oblige (c’est abrupt ici). Puis, alors que les gouttes avaient déjà commencé à perler sur nos fronts, le trésor du canyon perdu que nous étions venus chercher se révèle : un splendide río émeraude et ses eaux translucides. Ici, elle se sont fait une place au creux des falaises calcaires, elles sont calmes et scintillent au soleil. Patrick ne nous avait pas menti, c’est un vrai petit paradis.

Eaux transparente sierra de guara
Eaux turquoise canyon

Bas les shorts, on enfile les combis ! On se plaint d’enfiler du néoprène sous 35°. Notre guide lui ne dit rien, il a juste un sourire en coin. Et on comprend vite pourquoi : l’eau translucide est très très fraîche ! Au début c’est agréable, mais si on ne bouge pas on peut rapidement trouver ça très froid.

On vous rassure néanmoins : rien d’insupportable. A la moindre petite pause au soleil, vous serez heureux d’y retourner ! Mais quand même. Ne faites pas trop les malins à dire que les combis, c’est pas la vie.

C’est le départ. On commence en douceur par une section où les parois sont larges et les eaux calmes. On marche, on nage, on barbote en brasse ou on se laisse filer sur le dos… Bref, on est comme des poissons dans l’eau. On en profite pour discuter. Entre deux règles de bonne conduite Patrick nous parle de ces canyons qu’il affectionne particulièrement. Il les connaît comme sa poche et nous raconte les premières fois où il a parcouru ces endroits paradisiaques. Depuis il en a fait des centaines, bien pratique quand on débute et que l’on n’a pas forcément les bons réflexes ! Les guides ont souvent beaucoup de choses à nous raconter et nous apprendre, c’est un vrai plaisir de les suivre, et encore plus quand ils nous emmènent dans leurs petits coins secrets

Vue aérienne du canyon
aventure dans le canyon

VASQUES D’EAU CLAIRE ET CASCADES BOUILLONNANTES

Allez, on passe aux choses sérieuses. Les parois se resserrent et le débit de l’eau s’accélère. Bientôt on doit passer des toboggans, ces petites cascades sur lesquelles il suffit de s’asseoir et se laisser porter ! On escalade d’énormes rochers en se demandant pourquoi on n’essaie pas plutôt de les contourner, puis on comprend : au sommet de ces énormes blocs de pierre, tout droit tombés du haut de la falaise qui nous surplombe (on explique l’importance du casque en canyon, ou pas… ?) il y a comme une faille. Au début on ne distingue rien, mais soudain dans le noir apparaît furtivement un reflet : il y a une cavité remplie d’eau sous nos pieds. Il suffit de s’y laisser tomber et de nager pendant quelques secondes sous l’eau. On se laisse guider par le passage creusé dans la roche et la lumière. Au bout, la surface : nous émergeons dans un petit lagon que les pierres nous cachaient. Un vrai petit passage secret !

remontée du canyon dans les tourbillons

La progression se poursuit. Qui se doutait qu’il est possible de rencontrer des paysages aussi variés ? On nage, on saute, on se faufile, on escalade ou on se laisse porter. De temps en temps on s’arrête et on contemple. Le soleil brille plus que jamais et malgré la profondeur des gorges il parvient à poser quelques rayons entre les failles creusées par l’eau au fil des siècles. On apprécie alors les jeux de lumière qui semble changer l’eau de couleur toutes les heures.

Notre guide a gardé le meilleur pour la fin : un concours de saut ! On grimpe sur un plongeoir naturel haut de 5 mètres. Vu d’en bas il ne paraît pas si impressionnant, mais une fois au bord le vide est beaucoup plus saisissant. L’eau claire et turquoise nous tend les bras.

Au total nous aurons fait 5 heures d’exploration, pauses comprises. Les canyons peuvent être immenses et la partie inférieure de celui-ci mesure 4.5km. Elle nécessite au moins 4h. Des sorties plus longues sur la journée sont possibles et le tarif avoisinent en général 60€ par personne matériel compris. Vous pouvez faire des canyons de mai à septembre.

grand saut dans l'eau du haut d'un rocher
point de vue canyon
REPOS POUR LA PAUSE DU MIDI

Pour conclure.

L’aventure a tenu ses promesses. Le Parc Naturel de la Sierra de Guara est magnifique et le cheminement du río nous fait évoluer dans un cadre grandiose. Tout au long de notre escapade, le contraste entre les eaux turquoise ou émeraude et la roche blanche, crème ou ocre n’a cessé de nous saisir. Ici tout semble empreint de pureté. Et que dire des courbes des falaises qui s’animent sous les reflets de l’eau cristalline au soleil…? C’est comme si la nature avait subtilement accordé les éléments pour qu’ensemble ils forment un tableau parfait. Une recette secrète bien cachée au creux des Pyrénées.

Si vous souhaitez vous engagez dans cette aventure, soyez prudents. Comme toute activité de montagne, le canyon ne s’improvise pas et ici un matériel bien spécifique est nécessaire. L’astuce ? Faites confiance aux guides ! Ils connaissent cet environnement mieux que personne et décident avec vous du canyon le plus approprié.

Enfin, merci à Hautes-Pyrénées avec qui nous sommes partis plusieurs jours en Pyrénées Trip. C’est grâce à vous que nous avons découvert ce canyon !


Et voilà, vous êtes vous aussi un poisson dans l’eau.

On espère que vous avez apprécié ce petit récit de voyage. Vous pouvez retrouver d’autres récits sur notre page carnets d’aventures. Si des questions vous brûlent les lèvres ou que vous souhaitez juste nous faire partager vos remarques par rapport à celui-ci, faites-le en commentaire. Nous répondons toujours.

3 COMMENTS

  1. C’est magnifique, c’est vrai que l’eau donne très de s’y baigner. En plus, ça a l’air tellement calme et agréable. J’aurai bien aimé profiter de cet endroit, moi aussi, merci pour le partage.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here